L’objet du désir : mon blush Tom Ford

J’ai mes limites quand il s’agit de maquillage. Même si je suis prête à mettre le prix pour un produit de qualité, faut quand même pas pousser mémé dans les orties. Guerlain sort des météorites à $170 ? Bien évidemment que j’aimerais l’avoir ce produit mais une petite voix dans ma tête me dit que ça n’est définitivement pas raisonnable ! Ça c’est en théorie, car en pratique il m’arrive parfois de complètement craquer. Au revoir raison et sens commun, bonjour achat impulsif et trou dans le porte monnaie.

Aussi, quand j’ai appris que Tom Ford allait sortir une gamme de maquillage fin 2011, je suis devenue complètement hystérique. Tom Ford est pour moi le summum de l’élégance (aux campagnes pas toujours de très bon goût je vous l’accorde). Je ne sais pas comment expliquer cette fascination pour l’homme. Il y a bien son film A Single Man à l’esthétisme tellement soigné qu’il en atteint la perfection mais ça ne suffit pas expliquer cette obsession.

J’ai vite repoussé au fin fond de mon cerveau l’idée d’acheter ses produits, qui de toute façon atteindraient des prix indécents. Et puis un jour, en me baladant innocemment au Printemps, je suis tombée sur le corner de la marque. J’ai mis les doigts dans tous les produits qui me passaient sous la main… comme un gosse dans un magasin de jouets, j’avais envie de tout ! Je me suis rapidement ressaisie et désormais j’évite de passer dans ce coin du Printemps. Mais tout de même, j’avais gardé en tête un blush en particulier, la teinte Flush qui ferait presque rougir Orgasm, mon petit chouchou de Nars. Mais un blush à près de 50€, c’était juste impensable. J’ai donc encore fait reculer l’échéance.

Mais vous vous doutez bien que si j’écris ces lignes aujourd’hui, c’est que ce blush est mien. C’est tellement plus facile de craquer quand on est en territoire inconnu et mes quelques jours à New York l’été dernier ne m’auront pas rendu service car c’est là bas que j’ai acheté mon précieux. Je me suis rassurée en me disant qu’avec le taux de change du dollar j’allais grapiller quelques euros. Toujours est-il qu’une fois acheté, il m’aura fallu des mois avant d’oser l’utiliser, surtout qu’entre temps je me suis découvert une passion pour le blush crème et que je n’utilise que ça depuis des mois. Quelle belle connerie (pardon my French) ! Parce que franchement ce blush est une vraie tuerie ! C’est bien simple, il a remplacé Orgasm dans mon cœur, c’est dire. Mais regardez plutôt.

Tom Ford - Flush

Le packaging est simple et élégant, avec ce petit côté masculin qu’on retrouvait déjà avec les parfums.

Tom Ford - Flush

Tom Ford - Flush

Avant de l’acheter, j’avais vu que plusieurs sites le décrivaient comme un corail orangé. Autant je suis d’accord sur le corail, autant je ne comprends pas le orange. Mes photos sont assez fidèles à la réalité et je ne sais pas pour vous mais je vois ça plutôt rose qu’orange, non ?

Tom Ford - Flush

Tom Ford - Flush

Sinon pour la pigmentation, je n’ai rien à redire, il faut prélever très peu de produit sinon c’est la catastrophe assurée ! J’ai la peau très claire, j’évite donc d’en mettre des tonnes.

Tom Ford - Flush

Je ne vous le montre pas posé sur mon visage car la lumière est absolument horrible en ce moment et à moins de mettre la tête directement dans la boîte à lumière, je ne pourrai jamais reproduire fidèlement le rendu en photo.

Pour ce qui est du prix, c’est là que ça fait mal, je l’ai payé 42€ environ pour 8g. Mais si je compare à Orgasm, toujours lui, qui coûte 29€ pour 4,8g, je me dis qu’au final il n’est pas si cher que ça, c’est juste qu’il y a presque deux fois plus de produit !

Vous savez le pire dans cette histoire ? C’est que je possède désormais un autre produit Tom Ford mais chut, je vous garde ça pour un prochain article.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *